Accéder au contenu principal

Articles

TENEZ BIEN VOTRE CASQUE : ÇA ROCK BIZARRE

Il y a toujours des surprises dans l’écoute de la musique, dans la découverte d’instruments et surtout dans le mélange des genres, des instruments, des cultures, etc.  En voici toute une surprise. Pour les amateurs de Dire Strait et autres : Dire Straits-Sultans Of Swing Gayageum ver. by Luna https://youtu.be/KFiyZB5ucgo Une interprétation d’un classique de Kim Carnes Kim Carnes-Bette Davis Eyes Gayageum가야금ver. by Luna루나 https://youtu.be/pQ50kP4SriQ L’INSTRUMENT :

Dans le The Grove Dictionary of Musical Instruments édité par Laurence Libin, on décrit l’instrument ainsi : 

















Kayagŭm [gayageum]. 
Korean half-tube long zither (Kaya: name of an ancient Korean tribal league; gŭm: ‘string instrument’). It is often called kayago. The kayagŭm nowadays occurs in two basic sizes: a large instrument (variously called pŏpkŭm, chŏngak kayagŭm, or p’ungnyu kayagŭm) for court and aristocratic music, about 160 cm long by 30 cm wide; and a smaller instrument (sometimes called sanjo kayagŭm) for folk and virtuo…
Articles récents

Hommage à Félix Leclerc, la relève

Ce brouillon, car ce que je fais ce sont des brouillons, je l’offre à la mémoire de mes parents. Le peu qu’ils ont pu nous donner a été très important et a été important pour nous. Mélanges en bonheur de retrouver mon troubadour préféré Félix. Hommage à Félix Leclerc en rapport avec l’anniversaire de son décès il y a trente ans, en 1988. Je me souviens de sa mort, dans le département universitaire où je travaillais, plusieurs avaient mine basse. Nous étions des fans de Félix, il avait balayé nos vies avec des poèmes chantés tout le long de nos désirs d’espaces et de pays. Le Tour de l’Île faisait ce bilan, créait ce regroupement, fondait l’espace de nos rêves et de nous-mêmes. Dans ma famille, mon père écoutait toujours lorsque Félix faisait un passage à la télévision. Le silence était exigé, ce qui par le fait même me fit connaître celui qui m’obligeait à respecter le silence demandé par le père. Du côté de ma mère, c’était les émissions qui caractérisaient l’Acadie, ma mère est acadienn…

Salomé Leclerc : un quatrième disque

Je suis un fan tranquille de Madame Leclerc depuis le début, son début pour moi c’est son premier disque.

Salomé Leclerc propose un disque de Salomé Leclerc. C’est à dire une démarche artistique qui demeure la même depuis le début. Un style à elle, que moi je compare à bien des choses que je vrille, que je danse et que je contredanse. Elle propose ceci dans un album qui se nomme : Les choses extérieures. Être un psychopathe, non un psychologue, c’est pas pareil, je dirais qu’elle vieillie, qu’elle flôle la trentaine. Et le psychopathe que je suis crois qu’à cette âge, on commence ou on conclue selon notre nous même que le monde bouge de l’extérieur et non pas de l’intérieur.



Elle parle dans une chanson d’équilibre et raconte “démons qui se promènent” elle veux se ternir “debout sans effort” et de “trouver son équilibre”. La compréhension de notre rôle se fixe à ce moment, elle espère que quelqu’un à côté d’elle lui ouvre la vie, celle que l’on partage, pas celle qui n’est que notre vision,…

Un petit fruit nouveau : Beyries

Ce matin les feuilles de multiples couleurs furent couvertes d’une couche de blanc. Des couleurs multiples, furent dès un 24 octobre couvert de blanc, mais elle n’était qu’un avertissement, le temps d’un temps.


En déplacement tôt le matin, j’écoutais dans l’auto, le disque de Beyries. Bien entendu sa pièce avec Louis-Jean Cormier, mais aussi bien d’autres en langue anglaise. C’est une belle réussite québécoise en langue anglaise. Cette phrase ne veux rien dire. C’est une belle réussite tout court. Je ne veux pas faire peur à personne, mais des bouts, le fantôme de Cohen revenait nous fournir des harmonies, des fois il me semble que les arrangements coulaient comme ceux de Mitchell sur Blue. Un disque intemporel, il vieillira bien si on entretient bien ce que cet œuvre est, c’est-à-dire un magnifique disque qui s’écoute à vitesse lente, ligne par ligne. Merci à Beyries, merci aux artisans pour le travail comme arrangements, les sons qui entremêlement comme la poudrerie l’hiver en Abitibi…